École Vivante

Visite de notre parrain : Christian Brunier, Directeur Général – SIG

 

Accompagné de M. Monin, Directeur des Ressources Humaines de SIG, Christian Brunier est venu rendre visite aux membres de l’École Vivante. Voici son témoignage :

« Carpe diem du 7 février 2019 … Je suis allé visiter, il y a quelques jours, l’Ecole Vivante de Genève, à Meyrin, dont j’ai l’honneur d’être le parrain. Reconnue comme une école pilote, par le Département genevois de l’Instruction publique, ce lieu rassemble des enfants de l’âge de 3 ans à celui d’entrée au Cycle d’orientation. Cet établissement scolaire atypique s’inspire de la méthode pédagogique Sudbury, qui obtient d’excellents résultats. Plusieurs axes ressemblent à la culture de management que nous essayons de déployer à SIG. Confiance, responsabilisation, autonomie, valorisation, motivation, liberté, bien-être sont quelques mots-clés résumant ce concept éducatif.

Les enseignant-e-s sont des facilateur-trice-s, des stimulateur-trice-s, des guides, des soutiens et pas des tenants du savoir absolu. Les enfants deviennent les créateurs de leur propre vie, des responsables de leurs parcours d’apprentissage, dans un univers agréable et un collectif d’âges mélangés.  Le travail en équipe est encouragé, base de la solidarité et de l’épanouissement, l’humain ne réussissant jamais seul. Le vivre-ensemble est privilégié, à l’heure où l’égoïsme divise nos sociétés. Les notes démoralisantes, stigmatisantes et stressantes sont remplacées par le droit à l’erreur et à l’identification des compétences acquises. Le rythme scolaire n’est plus annuel, cette période ne correspondant à aucune cadence naturelle.

Les compétences doivent être acquises durant un cycle plus long et adapté à chaque enfant. Pas tous les enfants apprennent à parler ou à marcher en même temps. Pour les autres domaines, c’est pareil ! La démocratie directe y règne. Chaque enfant et enseignant-e influencent démocratiquement le fonctionnement de l’école ; et le vote est quotidien sur toutes propositions émises par les uns ou les autres.

Le savoir est un élément crucial, mais le savoir-faire, le savoir-être, le faire savoir et surtout le savoir-devenir complètent le panorama des outils qu’un enfant doit posséder pour s’épanouir. La motivation est le meilleur moyen d’apprendre à apprendre. Les adultes agissent de même. Ils progressent dans la confiance et la mobilisation, pas dans l’oppression et l’antagonisme. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *