Sam

 

Né en 1965, j’ai passé les 19 premières années de ma vie à Genève puis je suis parti pour Londres où j’ai passé une vingtaine d’années avant de retourner à Genève. À 16 ans, après un parcours traditionnel du « bon élève », je me suis questionné sur ce que je devais apprendre et du jour au lendemain, j’ai quitté le collège en me disant que l’école ne reflétait en rien la vie et que je n’y apprenais rien.

À partir de ce moment, j’ai suivi mes propres intérêts et instincts pour construire ma vie. Ceci m’a mené à avoir un parcours varié qui m’a conduit à travailler principalement avec des enfants pour qui souvent, l’école avait été une expérience négative. Au fil de mes besoins et de mes intérêts, j’ai suivi diverses formations comprenant notamment un certificat en « youth work », un diplôme en psychosynthèse, une école de peinture et finalement le Jeu de Peindre, chez Arno Stern.

Ma tendance naturelle a toujours été d’être à l’écoute, d’aller vers l’autre plutôt que de le faire venir vers moi. À la base, il y a notamment de la timidité, un manque de confiance et d’estime de moi-même. Mais avec les années, ces aspects ont été acceptés et intégrés pour ne plus avoir de prise sur moi, mais devenant tout simplement qui je suis.

Les personnes qui ont eu un impact sur moi ont été Carl Gustav Jung, Erich Fromm, Roberto Assagioli, Alexander Sutherland Neill (le fondateur de Summerhill) et finalement Arno et André Stern, mais plus que tout, c’est auprès de tous les enfants que j’ai côtoyés que j’ai appris le plus, notamment, en youth work, The Place 2 Be, sur la ligne téléphonique de Childline, et finalement dans mon atelier du Jeu de Peindre à Bernex. Les similarités dans ces projets sont le fait que l’enfant est au centre, reste libre de ses choix et ses décisions et suit le rythme qui lui convient. L’adulte, dans tous les cas, accompagne, informe et facilite en assurant un cadre respectueux, sécurisant et aimant.

Le Jeu de peindre m’offre une activité dans laquelle je peux être pleinement moi-même et c’est un plaisir d’avoir pu créer un atelier similaire dans l’École Vivante, qui a une approche tellement similaire et où finalement, il y a un bien-être à être « à l’école »!